“vous perdez votre travail brutalement, le temps que vous vous en remettiez, le temps que vous vous reconstruisiez, le temps que vous commenciez à vous réveiller, à chercher du travail, quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse … ça va vite ! vous n'avez pas vu le temps passer et ce n'est pas pour autant que vous n'êtes pas quelqu'un de travailleur, qui a envie de travailler … simplement il y a eu un moment dans votre vie où vous n'avez pas pu faire face…”

Edouard D. – Marseille

“À la sortie d'études peu brillantes, j'ai commencé une série de petits boulots sur presque 15 ans. On perd confiance, on perd l'envie, l'espoir. J'ai répondu à une annonce de pôle emploi qui m'a mis en contact avec id'ées interim pour une mission de facteur. Après 18 mois en intérim je suis passé en CDD puis en CDI, maintenant je suis inscrit à long terme dans un métier, c'est la première fois de ma vie que ça m'arrive. Quand j'avais 20 ans je n'imaginais pas la vie après 30 ans, ça me semblait pas possible, ça n'existait pas."

Nicolas G. – Marseille

“je reviens de loin”. Mariée, trois enfants, au chômage après un déménagement. la galère dure deux ans. Petit à petit, Mauricette ne supporte plus la situation, elle déprime, s'enferme chez elle, rejette ses enfants… De cures de sommeil en transfusion, elle ne vit plus elle survit. Jusqu'au jour où une assistante sociale la conduit au siège du Groupe Id'ées, dans la zone industrielle de chenôve. Accueillie par un cadre de la société, ils montent un dosier où apparaîssent les compétences et envies de Mauricette. Quelques jours plus tard, Id'ées lui propose un poste, un référent social et un contrat de travail : trier les bouchons. “Ça ne me fait pas peur, je suis habituée au travail à la chaîne. Je touche le smic mais comme je parviens à trier plus de 2.700 bouchons à l'heure, je suis payée un peu plus. J'ai épongé mes dettes et retrouvé ma dignité. de femme, de mère de famille. Je ne demande qu'à travailler ! je trouve même les week-end bien longs !”

Mauricette V. – Chenôve

"L’insertion, c’est parfois un métier compliqué : l’entreprise cherche des moutons à 5 pattes, les gars nous racontent leur vie, ils ont traversé des moments difficiles mais ils veulent s’en sortir… Et nous devons mettre tout ça en phase : un sacré challenge ! Mais il suffit d’un parcours réussi, d’une sortie positive, pour nous requinquer ! Quand vous avez par exemple, un senior, paysan, que vous mettez au travail dans l’industrie, qui s’en sort et peut aller jusqu’à sa retraite… ou un homme au chômage depuis 5 ans, qui se convertit et trouve un CDI dans le BTP alors que ce n’était pas du tout son métier, c’est un vrai bonheur, car ce n’était pas gagné d’avance. On est heureux parce qu’on a trouvé la bonne entreprise, que la personne a fait les efforts nécessaires, qu’on l’a monté en compétences par une formation qualifiante et que lui-même reprend confiance en lui !"

Magali G., Pont à Mousson

"Quand je leur demande en entretien : «Pourquoi voulez-vous tant travailler monsieur ?” ils me répondent : Parce que c’est normal madame ! Travailler c’est normal. C’est le contraire, rien faire, qui est bizarre… Toucher le RSA, me lever à 11h, c’est pas normal !

Sophie D., Tours (35)

Parcours d'insertion, paroles d'exception

Film réalisé à l’initiative de GROUPE ID’EES et d’ADECCO
Novembre 2011

L’association de GROUPE ID’EES et d’ ADECCO a permis en quinze ans à 60 000 personnes d’ accéder à un emploi durable. Et les 9 témoignages du film démontrent amplement à quel point le travail est important pour ces personnes et à quel point les entreprises ne peuvent être absentes face aux problèmes de l’exclusion.

> Cliquez ci-dessous