GESTION DE DECHETS MENAGERS

Un exemple : le Centre de Tri de l’agglomération dijonnaise (Côte d’Or)

Il recueille 20 000 tonnes par an de déchets ménagers issus du tri sélectif.

A l’abri d’un vaste entrepôt, un engin à pelle ramasse les déchets stockés dans des casiers et les achemine jusqu’aux convoyeurs de tri. C’est là que les 20 000 tonnes annuelles de la collecte sélective des ordures ménagères du Grand Dijon et de communes de Côtes-d’Or sont recuellies.

Stockés en vrac, emballages, bouteilles en plastique, cartons et papiers font ensuite l’objet d’un tri affiné, d’abord sous l’oeil vigilant des opérateurs, puis de machines bardées d’électronique. Aux postes, des salariés en insertion.

Dans la première des trois cabines de tri, les employés réparent les erreurs de tri des ménages : chiffons, métaux, résidus trop salis. Dans la seconde, le tri s’affine entre plastiques, papiers, cartons et briques alimentaires, enfin dans la troisième, on procède à un ultime affinage qualitatif des flux plastiques.

Une machine extrait automatiquement l’aluminium et les aciers et finalise la sélection en direction des différentes filières de recyclage.

Le Centre de Tri du Grand Dijon, c’est 32 agents de tri, 3 chefs de cabine sous la responsabilité d’une chef principale de cabine. Le responsable de secteur, quant à lui, supervise l’ensemble et veille à l’atteinte des objectifs quantitatifs, qualitatifs et au bon déroulement du partenariat.

Un interlocuteur à votre service :

Côte d'Or (21)Doubs (25)

Témoignages

“je reviens de loin”. Mariée, trois enfants, au chômage après un déménagement. la galère dure deux ans. Petit à petit, Mauricette ne supporte plus la situation, elle déprime, s'enferme chez elle, rejette ses enfants… De cures de sommeil en transfusion, elle ne vit plus elle survit. Jusqu'au jour où une assistante sociale la conduit au siège du Groupe Id'ées, dans la zone industrielle de chenôve. Accueillie par un cadre de la société, ils montent un dosier où apparaîssent les compétences et envies de Mauricette. Quelques jours plus tard, Id'ées lui propose un poste, un référent social et un contrat de travail : trier les bouchons. “Ça ne me fait pas peur, je suis habituée au travail à la chaîne. Je touche le smic mais comme je parviens à trier plus de 2.700 bouchons à l'heure, je suis payée un peu plus. J'ai épongé mes dettes et retrouvé ma dignité. de femme, de mère de famille. Je ne demande qu'à travailler ! je trouve même les week-end bien longs !”

Mauricette V. – Chenôve

Nous contacter

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de la demande ou de l'observation formulée. Les destinataires des données sont : GROUPE ID'EES ou une l'autre de ses filiales qui pourrait être concernée. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à GROUPE ID'EES - Protection des données - 8 bis rue Paul Langevin - BP 72 - 21302 CHENOVE CEDEX. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

---> Pour en savoir plus sur la Protection personnelle des données, cliquez ici