1985 – 2014

30 années de travail quotidien sur le terrain, de rencontres, de chances, de volonté politique…

1985 – 7 avril

• création de la société “ID’EES 21
Initiatives D’Entreprises Et de Services est une SARL associant à parts égales l’ACODEGE (principal organisme du secteur social et éducatif de la Côte-d’or) et la Caisse d’Allocations Familiales de la Côte-d’or.
La création de l’entreprise est l’aboutissement d’expérimentations conduites depuis 1982 par Pierre Choux et Jacques Danière, anciens éducateurs de rue évoluant au sein de ces deux institutions. Ils révolutionnent l’accès à l’emploi et à l’autonomie en imaginant une structure d’insertion « par l’économique ». Les premiers chantiers permettent à une trentaine de salariés d’évoluer dans trois secteurs : déménagement, travaux de peinture, entretien.

27 avril 1985 création d’id’ees 21.
Quelques-uns des artisans d’ID’EES 21, lors d’une réunion en avril 1985.
De gauche à droite : M. Bossus, directeur adjoint de la CAF, M. Elias, président de la CAF, M. Junchat, sous-directeur de la CAF, M. Nicod, de l’Acodège, Pierre Choux, directeur d’ID’EES21. © Le Bien Public, B. Souverbie

1986

C’est l’alternance politique. Sensible aux arguments de « concurrence déloyale », le gouvernement, en la personne de Philippe Seguin, ministre du Travail, suspend les subventions (circulaire du 26 septembre 1986). L’État se désengage, les institutions locales s’interrogent… Dans le même temps, l’entreprise se diversifie (nettoyage, sous-traitance industrielle, restauration), s’endette et investit.

1987

• création de la société “DESIE
Elle voit le jour avec la construction de la cuisine centrale de Chenôve, puis du restaurant-brasserie de Mirande à Dijon.
L’arrêt du programme de financement des entreprises « intermédiaires » par le gouvernement conduit les institutions associées à se désengager d’ID’eeS 21. Son essor passe alors par une forme d’autonomie. L’entreprise devient une société anonyme. Pierre Choux et Jacques Danière rachètent, en prenant des risques personnels importants, 66 % des parts – 34 % étant conservés par les institutions.

• création de l’association “REALISE”
Elle est destinée à se substituer sur le plan politique et éthique aux deux institutions partantes. L’association rassemblera progressivement des personnalités diverses de l’économie sociale, du travail social, des entreprises. elle développera par ailleurs des actions d’accueil et de formation en amont des entreprises.

Les travaux de réhabilitation des grands ensembles créent une forte demande.
Prix régional de l'innovation

1987 – mai

ID’EES 21 reçoit le Prix régional de l’innovation sociale du crédit coopératif
« Entre la solidarité du social et la libre concurrence du jeu économique, il faut trouver un point d’équilibre satisfaisant. L’insertion par le travail peut d’autant mieux réussir que le contact avec le travail aura été réel, dans le cadre d’une véritable entreprise confrontée aux lois du marché et de la compétition économique. Le succès d’ID’EES 21, récompensée par ce prix, montre bien les conditions auxquelles une telle entreprise peut vivre et durer. » Pierre Bodineau – Président du CREAI de Bourgogne et du Conseil économique et social de Bourgogne

1988

23 mars 1988 : Création du Comité national des entreprises d’insertion
Le CNEI institue le vocable d’Entreprises d’insertion en remplacement d’Entreprises intermédiaires.

1989

Au cours de l’année 1989, Jean-Pierre Soisson, ministre du Travail (ancien président du Conseil régional, député de l’Yonne), visite ID’EES 21. Considérant comme pertinent le schéma proposé par l’entreprise, il demande à ses dirigeants de concevoir un développement analogue sur les autres départements de la région : « Il faut faire la même chose dans toute la Bourgogne ! » et Jacques Danière de conclure… : « Cette reconnaissance a fini de démontrer que notre modèle d’entreprise était un outil pertinent pour l’insertion ». ID’EES essaime alors des filiales en Saône-et-Loire et dans l’Yonne en créant ID’EES 71 et ID’EES 89.

1990

• Naissance de GROUPE ID’EES
Afin de disposer d’un siège opérationnel distinct de ID’EES 21, la société GROUPE ID’EES est créée sous forme de S.A., une holding d’exploitation et de prise de participations. Les deux fondateurs constituent la majorité du capital par l’intermédiaire de la S.C. IDEE. L’association REALISE en devient le second actionnaire.

1990

Pierre Choux et Jacques Danière sont décorés de la croix de chevalier dans l’ordre national du Mérite. Jean-Pierre Soisson déclare : « La Bourgogne est un laboratoire pour tester les mesures nouvelles sur le terrain. Pour les récompenser du nombre de personnes réinsérées en 8 ans, pour une action qui mérite le respect de tous, rarement je n’ai remis de décorations aussi justifiées. Dans l’initiative prise par Messieurs Danière et Choux, je tiens à souligner la volonté exemplaire de lutter contre l’exclusion sociale et professionnelle ».

1991

Loi n° 91-1 du 3 janvier 1991
Création d’un Conseil national de l’insertion par l’activité économique
Le gouvernement soutient les Entreprises d’insertion, en octroyant des aides financières qui compensent l’effort spécifique qu’elles consentent pour l’embauche de personnes en difficulté. Une « table ronde autour de l’insertion » a lieu en février avec Claude Alphandéry, président de la mission « insertion par l’économique » mise en place par Michel Rocard, Premier ministre.

1991 – octobre

Visite à Dijon de Martine Aubry, à l’initiative de GROUPE ID’EES, venue signer le millième contrat d’ID’EES 21.

• Naissance d’Id’ees Intérim

Spécialisée dans le travail temporaire d’insertion, ID’EES INTERIM est créée sous forme de S.A., avec GROUPE ID’EES comme actionnaire prépondérant. Les premières agences sont ouvertes en Côte-d’Or, en Saône-et-Loire  et dans l’Yonne. Jean-François Colin, directeur général de l’ANPE, vient signer une première convention avec une entreprise privée de travail temporaire.

Discours de J-P Soisson.
Martine Aubry signe le 1000e contrat ID'EES 21.
Signature de la première convention avec l'ANPE.
Martine Aubry et Michel Delbarre.
La SIFA entre dans le capital du groupe.
Jean-Pierre Soisson, Conseil régional de Bourgogne, Dominique Ravetto et Claude Camus, SAAE, Jacques Danière et Pierre Choux, Groupe Id’EES.

1992 — février

Martine Aubry et Michel Delbarre présentent une communication sur « l’insertion par l’économique ».
Un film réalisé au sein d’ID’EES présente des témoignages forts, vrais, émouvants. Des errances, recherches d’emploi, rapport avec l’administration et surtout, la sortie du tunnel. Par sa diversité et son envergure, GROUPE ID’EES s’y affirme comme pionnier.

1992 – mai

• Une société capital-risque, la SIFA* entre dans le capital de GROUPE ID’EES
La SIFA prend 10,25 % du capital. Claude Alphandéry, président du Conseil national de l’insertion auprès du Premier ministre, déclare : « Objets économiques mutants, ces entreprises sont nées de la rencontre de l’action sociale et du monde économique. » Ces postes de travail dits « d’insertion » sont soutenus par les ministères du Travail et des Affaires sociales. « En langage social, une subvention, en langage économique, reprend Jacques Danière, la rémunération d’une prestation. Je vends à l’état une prestation sociale et au marché produits et services. Nous sommes une entreprise qui fournit d’une part des services et des prestations, d’autre part, nous permettons à des gens en détresse de redevenir citoyens. Il est donc normal que nos clients et la société payent. Il faut savoir que chaque fois que l’état nous donne un franc, il en économise six en termes de coût social. Et cela, sans tenir compte, par exemple, des frais de justice possible… ».

*Société liée au programme Développement solidarité de la Caisse des dépôts et consignations

1992 – septembre

• Un nouveau partenariat
La SAEE (Société auxiliaire d’entreprise, future composante d’EIFFAGE) signe, en présence de Jean-Pierre Soisson, Président du Conseil régional de Bourgogne, une convention de partenariat au détachement d’un cadre de la SAEE . Il s’agit de professionnaliser la branche BTP de GROUPE ID’EES.

1993 – juin

• La mutuelle MACIF entre à hauteur de 10 % dans le capital de GROUPE ID’EES
Ce mariage de l’économique et du social concrétise une convergence de vues, de convictions en matière de lutte contre l’exclusion et de développement de la solidarité. L’accord prévoit également une convention d’agrément : ID’EES 21 s’engage à réaliser les travaux de remise en état des logements des sociétaires, principalement victimes de dégâts des eaux, principalement dans l’agglomération dijonnaise. La mutuelle prend en charge directement les travaux réalisés par ID’EES 21, sans que les sociétaires aient à faire l’avance de fonds.

La MACIF entre dans le capital du groupe.
Roger Iseli, directeur régional de la Macif Centre, Hugues Sibille, vice-président du Crédit Coopératif, Alain Philippe, président de la fondation Macif, Jacques Vandier, créateur de la Macif

1996 – novembre

• ECCO (futur Adecco) s’engage dans l’insertion
Ecco, leader français et numéro deux mondial du travail temporaire, signe un accord de partenariat avec GROUPE ID’EES, et les 17 agences d’ID’EES INTERIM. Ecco entre au capital d’ID’EES INTERIM pour une participation de 34 %. Dans sa portée nationale et méthodologique, l’accord constitue un levier pour entraîner un nombre croissant d’entreprises à lutter concrètement contre l’exclusion.

Signature à la Maison de la Chimie, avec Jacques Barrot, ministre du Travail

1998

Inauguration d’ADERE, entreprise de recyclage de pièces automobiles en partenariat avec la MACIF et des industriels de pièces détachées.

2000

L’entreprise ID’EES 21 obtient la certification iso 9001

2001

Introduction des clauses sociales dans les marchés publics
Le Code des Marchés publics favorise l’insertion professionnelle des personnes en difficultés grâce à des chantiers confiés aux entreprises par les collectivités : ce sont les « clauses sociales. Article 14 ». Les entreprises devront désormais faire appel à des employés des structures d’insertion, des demandeurs d’emploi ayant suivi une formation professionnelle continue, des jeunes relevant d’un accompagnement de missions locales ainsi que des demandeurs d’emploi longue durée.

2004

• Création de la SIPEMI (Société d’Investissement Pour l’Emploi et l’Insertion)
Elle renforce les fonds propres de GROUPE ID’EES et de VITAMINE T. Le président est Philippe Marcel. Au-delà de cette création, c’est la fraternité des dirigeants de VITAMINE T et de ID’EES qui les unit toujours dans des convictions partagées.

Patrice Jullian, DG du Groupe VITAMINE T, André Dupon, président

2005 – 5 avril

Mobilisation pour l’emploi : Circulaire n° 2005/15 relative au développement et au renforcement de l’insertion par l’activité économique

Tout chômeur âgé de seize à vingt-cinq ans ou tout chômeur de longue durée ou rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle a le droit à un accueil, un bilan de compétences et une action d’orientation professionnelle afin de bénéficier d’un nouveau départ sous forme d’une formation, d’un appui individualisé ou d’un parcours vers l’emploi, voire la création ou la reprise d’entreprise.

François Rebsamen (maire de Dijon, président du Grand Dijon), Louis de Broissia (président du Conseil général de Côte-d’Or), François Patriat (président du Conseil régional de Bourgogne)

2006 – septembre

GROUPE ID’EES fête les vingt-cinq ans de son projet
En vingt-cinq ans, GROUPE ID’EES a salarié des milliers de personnes. Devant près de 1 000 personnes, les présidents de la région, du département et de l’agglomération ont participé à cet événement. Martine Aubry et Jean-Pierre Soisson ont adressé des messages d’amitié :
« Pierre Choux et Jacques Danière ont fêté les vingt-cinq ans de GROUPE ID’EES. Entreprise fantastique qui les a conduits à créer puis à diriger le premier groupe français d’insertion par la voie économique. Tout au long du chemin, comme ministre du Travail, président du Conseil régional ou simple député, je les ai accompagnés, soutenus, aidés. Dans ce monde difficile, le devoir d’insertion est prioritaire. Ne pas laisser au bord de la route ceux que la société abandonne, respecter les lois du marché et donc de l’entreprise, mais aussi, bénéficier du soutien financier de l’état. Parvenir à des accords avec les milieux professionnels pour ne pas instituer une concurrence sauvage. Jouer un rôle de premier plan et gagner sa place par le sourire, la persuasion, en évitant les conflits, créer les filiales dans les autres départements bourguignons et s’imposer comme
le leader de l’insertion. C’est le pari que ces mousquetaires ont tenu. Et tour à tour, les différents ministres du Travail ont pris la mesure de l’importance du rôle qu’ils pouvaient jouer. Cet anniversaire marque une étape, une simple étape. Je fais confiance à ID’EES pour trouver demain de nouveaux chemins et de nouvelles solutions au problème toujours renouvelé de l’insertion. Bonne chance ! »

2008 – janvier

• Entrée de EVOLEM (APRIL GROUP) dans le capital de GROUPE ID’EES
EVOLEM vient renforcer l’actionnariat de GROUPE ID’EES, en rejoignant la SIFA, la MACIF, SITA SUEZ ENVIRONNEMENT, ADECCO, SODEXO et l’AG2R LA MONDIALE.

2008 – 27 mai

Grenelle de l’insertion
Ouverture à Paris de six mois de concertations, de négociations entre différents acteurs, afin de définir des propositions de mesures destinées à lutter plus efficacement contre la pauvreté.

« Le choix a été fait au sein du Grenelle de s’intéresser à l’insertion professionnelle et de tenter de délimiter la population concernée. On aboutit à un total de 3,5 millions de personnes, soit environ 13 % de la population active. Dit plus nettement, un actif sur huit relève actuellement des politiques d’insertion, entendues dans un sens relativement large. (…) Au cours des quinze dernières années, le nombre d’emplois dans le secteur spécialisé de l’insertion par l’activité économique a très peu augmenté. Le nombre d’entreprises a certes légèrement crû, mais il reste faible. L’évolution du secteur est limitée par le nombre de postes d’insertion créés et par l’instabilité du financement des missions d’accompagnement social et professionnel. Le secteur en ressort budgétairement contingenté. Si l’insertion par l’activité économique reste tributaire du financement des postes d’insertion ou des contrats aidés, elle ne se développera jamais bien au-delà de son niveau actuel ».

Laurence Parisot et Martin Hirsh.

2008 – 4 juin

Visite d’ID’EES 21 par Laurence Parisot, présidente du Medef, et Martin Hirsh, haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté. Laurence Parisot a estimé que « le Medef a progressé en accueillant des entreprises d’insertion qui jusqu’alors n’étaient pas adhérentes ». Elle a invité « toutes les entreprises à se poser la question de ce qu’elles peuvent apporter dans cet objectif général de l’insertion, et du geste qu’elles peuvent faire ».

2011

15e anniversaire du partenariat Adecco / GROUPE ID’EES
A cette occasion, de nombreux dirigeants et élus locaux témoignent de leurs bonnes pratiques, démontrant par l’exemple que l’insertion est levier de performance économique et sociale ; entre autres, Alain Dehaze et Jean-François Connan (Groupe Adecco), Philippe Crouzet (Vallourec), Xavier Huillard (Vinci), Rémi Delatte, député de Côte-d’Or, Laurence Malcorpi (Suez environnement), Yves Censi, Député, Bruno Rousset (April group).

15e anniversaire du partenariat Adecco / GROUPE ID’EES
Premières Médailles du travail à GROUPE ID’EES

2012 – janvier

Remise des premières Médailles du travail à GROUPE ID’EES

entretien des rames du tramway de Dijon

2012 – août

ID’EES 21 signe un contrat avec Keolis pour l’entretien des rames du tramway de Dijon.

2013

L’agence ID’EES INTERIM de Nancy reçoit le Trophée de l’Alternance pour son association de compétences avec Eiffage Travaux Publics Est, leader du BTP : un engagement partagé, une réussite remarquée.

De gauche à droite : Claude Alphandéry, Pierre Choux, Jacques Danière et François Rebsamen

2014

Remise de la médaille de la Légion d’honneur
Jacques Danière et Pierre Choux ont reçu, des mains de François Rebsamen et de Claude Alphandéry, la Légion d’honneur pour récompenser leurs quarante années d’engagement au service de l’insertion. « Ça ne se refuse pas, ça se partage ! » ont déclaré les deux dirigeants aux nombreux salariés qui les ont accompagnés.

Octobre 2014

100.000ème personne embauchée

Le 3 octobre 2014, le cap des 100 000e personnes différentes embauchées depuis l’origine a été franchi. Un évènement célébré avec Monsieur François Rebsamen, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et de très nombreux élus, chefs d’entreprises, et salariés du groupe.

L’occasion de mettre en lumière « Des Femmes et des Hommes d’Id’ées  » titre du livre illustré par le photographe Philippe MAUPETIT et qui rend hommage à celles et ceux qui ont fait et font l’histoire de cette entreprise décidément pas comme les autres.